Genre et développement (GAD)

Genre et développement (GAD) a vu le jour en réponse aux lacunes perçues des programmes de femmes dans le développement (WID). Les approches centrées sur le GED reposent essentiellement sur trois prémisses : 1) Les relations de genre sont fondamentalement des relations de pouvoir ; 2) Le genre est une construction socioculturelle plutôt qu’une donnée biologique ; et 3) Des changements structurels dans les rôles et relations entre les sexes sont possibles. Au cœur du GED se trouve la conviction que la transformation des relations de pouvoir inégales entre les femmes et les hommes est une condition préalable à l’amélioration durable de la vie des femmes. Il incombe aux femmes et aux hommes d’aborder et de remodeler les aspects problématiques des relations entre les sexes. Le passage conceptuel de « femmes » à « genre » a créé une opportunité d’inclure un accent sur les hommes et les garçons.
Source : UNTERM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.