Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW)

La CEDAW, qui a été adoptée en 1979 par l’Assemblée générale des Nations Unies, est également connue sous le nom de Déclaration internationale des droits des femmes. Actuellement, plus de 90 % des membres des Nations Unies sont parties à la Convention, ce qui en fait la deuxième convention la plus ratifiée, après les droits de l’enfant. La CEDAW énonce la nature et la signification de la discrimination fondée sur le sexe et de l’égalité des sexes, et énonce les obligations des États d’éliminer la discrimination et d’atteindre l’égalité réelle. La Convention couvre non seulement les lois discriminatoires, mais aussi les pratiques et les coutumes, et elle s’applique non seulement à l’action de l’État, mais aussi à la responsabilité de l’État de lutter contre la discrimination à l’égard des femmes par des acteurs privés. La Convention couvre à la fois les droits civils et politiques (droits de vote, de participation à la vie publique, d’acquisition, de changement ou de conservation de la nationalité, égalité devant la loi et liberté de circulation) et les droits économiques, sociaux et culturels (droits à l’éducation, au travail , santé et crédit financier). La CEDAW accorde également une attention particulière à des phénomènes particuliers tels que la traite, certains groupes de femmes, telles que les femmes rurales, et des domaines spécifiques où il existe des risques particuliers pour la pleine jouissance par les femmes de leurs droits humains, tels que les questions liées au mariage et à la famille. La CEDAW précise également les différentes manières dont les États parties doivent éliminer la discrimination, notamment par le biais d’une législation appropriée interdisant la discrimination ou d’actions positives visant à améliorer le statut des femmes.
Source : UNWOMEN/ UN-TERM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.